La réalité de la guerre en Ukraine cachée en Russie

Ange Eric Hatangimana

Rémy RUGIRA

La région de Pskov se trouve à neuf heures de route de Moscou
Légende image,La région de Pskov se trouve à neuf heures de route de Moscou.

Dans le village de Vybuty, une grande foule s’est rassemblée devant une église. Les gens font la queue pour embrasser l’icône d’un saint.

Un prêtre orthodoxe portant un vêtement brodé d’or chante une prière pour la Russie : “pour notre pays béni, ses dirigeants et son armée.”

Dans la congrégation se trouvent des militaires russes. Ils se croisent avec trois doigts selon la tradition orthodoxe.

L’Ukraine n’est pas mentionnée dans la messe. Mais elle est présente dans l’esprit des gens.

“Dans notre famille, nous avons beaucoup de jeunes hommes qui servent là-bas”, me dit l’une des fidèles, Ludmila. “Dieu ne les abandonnera pas. Ils vont certainement rentrer chez eux.”

De nombreux soldats russes ne le sont pas.

Funérailles de soldats morts au front
Légende image,La Russie ne donne aucun détail sur le nombre de personnes tuées en Ukraine, se contentant de parler de “pertes importantes”.

À quelques mètres de là, dans le cimetière du village, se trouvent deux douzaines de tombes fraîches de parachutistes russes.

Le cimetière est tapissé de couronnes, tandis que les bannières du régiment des hommes flottent au vent. Attachées à des croix de bois, des plaques portent les noms et les dates de décès.

Tous ces soldats ont été tués après le 24 février : le jour où la Russie a lancé son invasion de l’Ukraine.

Cette scène est un rappel brutal des “pertes importantes” que le Kremlin admet que la Russie a subies en Ukraine.

L’invasion était l’idée du président Vladimir Poutine. Il l’a ordonnée. C’est son “opération militaire spéciale”.

Malgré les milliers de morts civiles en Ukraine, le chef du Kremlin n’a manifesté aucun remords, aucun soupçon de regret quant à sa décision d’attaquer une nation souveraine et indépendante.

Graffiti à Pskov
Légende image,On peut lire “Non à la guerre” sur ce graffiti à Pskov, mais il y a peu d’opposition à la guerre.

Mais qu’en est-il de l’opinion publique russe ? Plus de cinq mois après, les Russes pensent-ils que leur président a pris la bonne décision ?

Dans les grandes villes, comme Moscou et Saint-Pétersbourg, il n’est pas rare d’entendre des gens critiquer l’“opération spéciale” du Kremlin.

Mais je suis loin de la capitale, après neuf heures de route au nord-ouest de Moscou.

Je quitte le village et me dirige vers la capitale régionale, Pskov. Alors que je passe devant une base militaire, le slogan sur l’affiche à l’extérieur attire mon attention : “les frontières de la Russie ne s’arrêtent jamais !”

Graphique carte russie occidentale

Pskov est une ville fortifiée médiévale qui, en mille ans, a connu de nombreuses batailles.

Avec ses hauts murs et ses tours de guet, l’ancienne citadelle est curieusement d’actualité et symbolique. C’est ainsi que le Kremlin dépeint la Russie moderne : comme une forteresse assiégée et menacée par l’Occident.

En ville, dans un stade de sport délabré de l’ère soviétique, on reconstitue une bataille de la Seconde Guerre mondiale.

Des personnes se présentant comme des partisans russes sont impliquées dans une fusillade avec un groupe déguisé en nazis allemands. Une maquette d’un village russe est en flammes.

Le Kremlin compare ce qui se passe actuellement en Ukraine à la Seconde Guerre mondiale. Il insiste sur le fait qu’aujourd’hui, une fois encore, les Russes sont des victimes, des héros, des libérateurs : les gentils qui combattent les nazis et les fascistes.C’est une fausse image. Une réalité parallèle. Mais beaucoup y croient ici.

Soldat russe en action (capture d'écran)
Légende image,Le Kremlin a rallié des soutiens en comparant son invasion de l’Ukraine à la Seconde Guerre mondiale.

“Mon plus jeune enfant dit que les Russes gagnent toujours. Que la Russie sera toujours victorieuse. J’espère que c’est vrai”, dit l’une des spectatrices, Tatyana.

“Le passé nous enseigne que des gens ont donné leur vie pour que nous puissions vivre. C’est pourquoi nous devons soutenir nos soldats maintenant.”

Les organisateurs de l’événement ne supportent pas que nous posions des questions sur l’Ukraine.

Alors que je suis sur le point d’interviewer un autre spectateur, le directeur de la reconstitution nous interrompt. Il sourit maladroitement.

“Merci d’être venus”, dit-il. “Je vous respecte. Mais je dois vous demander de partir. C’est une partie complexe du pays.”

C’est aussi l’une des plus pauvres.

Tatyana dit qu'il est juste de soutenir les soldats russes
Légende image,Tatyana dit qu’il est juste de soutenir les soldats russes.

Je continue mon voyage à travers la région de Pskov et je me rends à Novorzhev. La Russie a beau être une superpuissance énergétique, cette ville n’a pas de réseau de gaz – il est encore en construction.

Pour chauffer leurs maisons, beaucoup de gens ici brûlent du bois de chauffage. L’un des immeubles que je visite n’a pas l’eau courante. Les habitants l’apportent dans des seaux depuis un puits.

Vieille femme à Novorzhev
Légende image,La vie est si rudimentaire à Novorzhev que certains habitants n’ont pas l’eau courante.

Au marché local, je rencontre une personne âgée, Natalya Sergeyevna.

Plus de deux décennies de Vladimir Poutine au pouvoir ne lui ont pas offert une retraite confortable. Pour compléter sa pension, Natalya vend tout ce qu’elle cultive chez elle : des mûres aux plantes en pot.

À 84 ans, Natalya travaille toujours dans son jardin, plantant et récoltant des pommes de terre pour arrondir ses fins de mois. Mais elle n’en veut pas à son président.

“J’aime Poutine et ce qu’il fait”, me dit-elle. “J’ai de la peine pour lui. Il n’a pas de repos. Quant à l’Amérique et à tous ces autres fauteurs de troubles, ils veulent simplement diviser la Russie en plusieurs parties. Ils ne comprennent pas qu’ils ne doivent pas essayer de nous humilier.”

J’ai déjà entendu les critiques que Natalya formule à propos de l’Ukraine, des États-Unis et de l’Occident à de nombreuses reprises à la télévision russe. Ce n’est guère surprenant.

En Russie, la télévision reste l’outil clé pour façonner l’opinion publique. Et comme le Kremlin contrôle la télévision, il contrôle à peu près le récit et les messages dans le pays. D’autant plus que les médias indépendants en Russie ont été réduits au silence.

Résultat : le public russe reçoit une image très filtrée et déformée de ce qui se passe en Ukraine. Mais la propagande d’État ne fonctionne pas en vase clos.

À l’instar du jardin de Natalya Sergeyevna, qui produit une multitude de baies, de fruits et de légumes, il existe en Russie un terreau fertile pour l’idée que la Russie est un empire, une superpuissance, qui dicte sa conduite à ses voisins et s’attaque à l’Occident.

Le Kremlin sait que son message touchera une corde sensible chez beaucoup de gens ici. Mais toucher une corde sensible est une chose. Persuader les Russes de rejoindre le combat en Ukraine en est une autre.

“Je soutiens l’opération militaire spéciale. Tant de nos gars ont été tués”, déclare un étudiant de 18 ans à Novorzhev. “Si on m’appelle, j’irai me battre. Mais je ne veux pas m’engager.”

“C’est notre devoir de nous battre, si nous sommes enrôlés”, me dit un autre étudiant, Konstantin. “Sinon, je n’irai pas près de là. Pas pour l’argent, pas pour quoi que ce soit. La famille est plus importante.”

Le Kremlin domine peut-être le paysage de l’information. Mais il y a des limites à son pouvoir de persuasion.

BBC Russie

Leave a Reply

Your email address will not be published.