Punition : “mettre au coin” est-il efficace pour éduquer les enfants ?

Ange Eric Hatangimana

Rémy RUGIRA

Cela vaut-il la peine de punir l’enfant ou, dans une version plus douce, de le “mettre au coin” ?

C’est l’un des doutes les plus courants des parents et des responsables d’enfants face à la “désobéissance” de ces derniers.

Les défenseurs de “mise au coin” répondent par l’affirmative, arguant que la méthode donne aux parents une stratégie qui prévient la violence.

Mais des connaissances récentes issues des neurosciences mettent cette idée en échec, en montrant que le cerveau des enfants n’est même pas assez mature pour apprendre le “bon comportement” ou réfléchir aux règles familiales lors d’une punition!

Ces preuves scientifiques soulignent que l’enfant n’intégrera que des sentiments négatifs lors de ces punitions – par exemple, le ressentiment – au lieu d’apprendre des compétences et des outils importants pour la vie courante qui l’aideront à contrôler ses propres émotions.

En même temps, les spécialistes défendent qu’il est possible d’aménager un “coin” à la maison qui peut être utilisé pour se calmer lorsque les tensions et les bagarres s’intensifient.

BBC News Brésil vous explique tout cela en détail ci-dessous :

Le cerveau des enfants

Un point clé de la recherche sur le cerveau des enfants est le cortex préfrontal.

Le cerveau humain
Légende image,Le cortex préfrontal, qui contrôle les impulsions et les émotions, est encore immature chez l’enfant.

C’est la zone du cerveau qui “nous aide à penser rationnellement, à contrôler nos impulsions, à réfléchir à nos sentiments et à gérer notre corps et nos émotions”, explique Claire Lerner, une chercheuse qui a participé à l’élaboration des lignes directrices de l’organisation pour le développement de l’enfant Zero to Three aux États-Unis.

Les scientifiques ont découvert que tout au long de l’enfance, mais surtout dans les premières années de la vie, le cortex préfrontal est immature. “Le cortex préfrontal est au stade de développement le plus rudimentaire à cet âge”, explique Lerner.

En d’autres termes, d’un point de vue physiologique, l’enfant n’est pas encore en mesure de contrôler la plupart de ses réactions, car il ne les maîtrise pas encore de manière cohérente. Lorsqu’elle est saisie par des émotions difficiles, comme la frustration, la colère ou la peur, son corps réagit – par exemple, en “explosant” dans des crises de colère.

“Contrairement aux croyances populaires, les jeunes enfants qui ne se conforment pas à ce qu’on leur demande, qui perdent le contrôle de leurs émotions ou qui sont facilement distraits ne sont pas de ‘mauvais enfants’ et ne sont pas non plus intentionnellement belliqueux ou non coopératifs”, explique le Center on Child Development de l’université de Harvard.

Elle cite l’une des célèbres enquêtes dans laquelle on place des enfants devant une friandise – et on leur demande s’ils préfèrent la manger immédiatement ou attendre de recevoir une deuxième friandise.

Bien que, dans cette étude, de nombreux enfants de 3 ans aient reconnu qu’il serait préférable d’attendre d’avoir deux friandises, l’impulsion de manger la seule friandise devant eux l’emportait pour la plupart d’entre eux.

“Il est clair qu’ils savent par logique qu’il est préférable d’attendre, mais savoir n’est pas suffisant” pour leur cerveau en développement, concluent les chercheurs.

“Nous savons que ce n’est qu’au début de la vingtaine que cette partie du cerveau est pleinement formée, ce qui explique aussi pourquoi les adolescents sont connus pour ne pas toujours prendre les meilleures décisions ou pour avoir de grandes difficultés à contrôler leurs impulsions”, conclut Lerner.

Mais même avec cette idée en tête, comment gérer les moments où les enfants perdent le contrôle ou refusent d’effectuer les tâches quotidiennes ?

Défis et crises de colère

“Ces questions reviennent probablement dans au moins 75 % des consultations que les parents ont avec moi parce qu’ils sont confrontés à une sorte de défi – batailles pour l’heure du coucher, temps d’écran, crises de colère en public ou à la maison, tous des problèmes courants de la petite enfance”, explique Claire Lerner.

Lorsque toutes ces discussions sur le “time-out” (“punition”) ont commencé dans les années 1990, mes enfants étaient jeunes et c’était une stratégie très courante : “si tu n’arrêtes pas, va dans ta chambre !””, raconte-t-elle.

“Et à partir de là, nous avons commencé à en apprendre beaucoup plus sur le développement du cerveau des enfants, et sur ce dont ils sont ou non capables.”

Cette stratégie est toujours préconisée par l’éducateur pour enfants Cris Poli, connu pour avoir joué dans l’émission télévisée brésilienne Supernanny.

Elle affirme qu’un “coin discipline” permet d’éviter les cris et l’agressivité dans les relations entre les enfants et les personnes qui s’en occupent, dès l’âge de 2 ans.

“Désobéissance” ? Mettez en place des règles simples, disciplinez vos enfants”, dit-elle, citant par exemple l’importance d’une règle pour le brossage des dents après les repas.

Enfant pleurant sur les genoux de son père
En pratique, les enfants ont encore peu de contrôle sur les réactions émotionnelles de leur corps.

Vous expliquez la règle au niveau de sa compréhension. Désobéi ? Vous leur rappelez, leur montrez la règle et leur donnez un avertissement. S’ils désobéissent à nouveau dans les 24 heures – pas dans une semaine, mais dans 24 heures – ils iront au coin discipline : “Vous vous assiérez ici pour réfléchir à la raison pour laquelle vous avez décidé de désobéir. Une minute par année d’âge”, dit-il.

Lorsque le temps est écoulé, vous demandez à l’enfant : ” te souviens-tu (de la raison de la punition) ? “. Donnez un baiser, une accolade, des félicitations. On ne s’énerve pas, on ne frappe pas, on ne crie pas. C’est un dialogue. Parce que la discipline n’est pas agressive, elle se fait avec amour.”

Aptitudes à la vie quotidienne

En fait, lorsqu’il est apparu comme une alternative à l’agression physique, le “coin de la pensée” a apporté un progrès – le problème est qu’il ne tient pas compte des connaissances les plus récentes sur le comportement des enfants, affirme la psychologue et auteur Nanda Perim.

Elle cite les recherches de l’Américaine Jane Nelsen, dont les travaux sont à la base de la “discipline positive”, un courant qui préconise d’élever les enfants non pas en les punissant, mais en leur enseignant des compétences de vie.

En inhibant des désirs et des pulsions sur lesquels l’enfant n’a encore aucun contrôle, le “coin discipline” réveille une réaction primitive dans le cerveau de l’enfant : celle de “fuir ou de se battre”, affirme Perim.

“Le cerveau réagit à cette menace soit en s’enfuyant, soit en se battant. Et cela peut se traduire par une faible estime de soi, par le fait qu’elle pense qu’elle est mauvaise, parce qu’elle fait tellement de choses mauvaises. Ou bien elle voudra se venger, pour avoir l’impression de contrôler sa propre vie, et elle recommencera (le comportement indésirable), mais en le cachant à ses parents”, dit-elle.

“A 6, 7 ou 8 ans, l’enfant commence à développer (le contrôle émotionnel). Et à partir de là, elle a besoin d’une éducation émotionnelle – nommer ses émotions, reconnaître comment ces émotions perturbent son petit corps, quels sont les déclencheurs qui les font surgir, quels sont les déclencheurs calmes qui les font s’améliorer. Ce sont des compétences de vie. Si vous dites à un enfant de fixer le mur, il n’apprendra rien de tout cela”, poursuit-elle.

“En fait, j’enseigne beaucoup plus de compétences de vie lorsque je montre à mon enfant que je ressens aussi de la colère et que la gestion de ma colère est difficile. Parce que mon fils me regarde et me dit ‘quand c’est difficile pour moi, c’est parce que je suis une personne, ce n’est pas parce que je suis mauvais et que j’ai un problème’.”

Dans le même ordre d’idées, Claire Lerner affirme que la recherche sur le cerveau “a montré, pour nous dans le domaine (de la psychologie de l’enfant), que les mesures punitives sont contre-productives – parce qu’elles donnent aux enfants le message que leurs émotions ne comptent pas, que ‘tu es un enfant mauvais et décevant’. Et nous avons vu que cela ne réduit pas le comportement (indésirable) au-delà du moment de la punition.”

Comment faire face à un comportement difficile

Birra
Selon les experts, il est possible de gérer les crises de colère et les “mauvais comportements” sans recourir à des pratiques punitives et en fixant des limites claires.

Lorsqu’un enfant s’effondre parce qu’il n’a pas eu le jouet qu’il a vu au magasin, il faut comprendre qu’il a lui-même peu de contrôle sur son corps. Dans la pratique, dit Lerner, il est possible de faire preuve d’empathie sans fixer de limites claires.

“C’est une ligne fine. Ce n’est ni ‘OK, achetons la licorne’, ni ‘tu es gâté, tu es un manipulateur, pas de télé pour toi pour le reste de la journée'”, dit-elle.

Sa première recommandation est de rester calme et d’apprendre à l’enfant ce qu’il ressent. Renforcez également les règles et les accords familiaux.

“Je dirais que la plupart d’entre nous dans ce domaine sont largement d’accord pour dire que c’est ce dont les enfants ont besoin : de la compassion, de l’empathie, des idées pour résoudre les problèmes. Je sais, c’est vraiment dur quand on ne peut pas regarder un épisode de plus de sa série préférée, mais c’est notre règle. Si vous avez besoin d’espace pour traiter de cela, pas de problème. Nous pouvons penser à d’autres choses que vous pouvez faire. Vous apportez votre soutien, mais vous fixez aussi une limite.”

Selon Nanda Perim, il est important d’examiner non seulement le comportement de l’enfant, mais aussi ce qui peut le motiver.

Toute cette discussion suscite également des réserves à l’égard des méthodes d’éducation positive – soit par l’accent mis, dans certains cas, sur l’attribution du comportement de l’enfant à des facteurs tels que le stress et l’anxiété. Ou parce que certaines mères y voient un outil pour les blâmer.

Les experts disent que ce n’est pas le cas.

“Je dis que cela n’apporte pas plus de culpabilité, mais plus de responsabilité ( ?) Bien sûr, c’est beaucoup plus de travail d’analyser la partie inférieure de l’iceberg et pas seulement la pointe – si l’enfant a sommeil, faim, manque de routine, ou se sent exclu, d’innombrables facteurs qui conduisent à ces réflexes”, dit-il.

Dans l’exemple de la réticence à se brosser les dents, Perim suggère :

“Nous n’allons pas expliquer la carie dentaire à un enfant de deux ans. Nous concevrons une routine où ils auront le temps de suivre trois étapes – comprendre, élaborer et accepter qu’il est temps de se brosser les dents, et nous leur donnerons deux options : deux parfums de dentifrice, par exemple.

Au lieu de dire “veux-tu te brosser les dents ?”, ce à quoi l’enfant répondra “non”, vous pouvez dire “veux-tu te brosser les dents à la menthe ou à la fraise ? Si nous donnons des options, le cerveau devra réfléchir à une réponse”, dit-elle.

Enfant qui pleure et qui est pris dans les bras
Comprendre les sentiments et leurs déclencheurs est une compétence de vie, selon un psychologue.

Des lieux de calme, pas de punition

Dans cette optique, les espaces à la maison ou à l’école peuvent être considérés comme des lieux non pas de punition des comportements, mais de régulation émotionnelle dans les moments de stress. Cette idée a donné naissance aux “coins calmes”.

“Ce sont des espaces qui aident à se calmer, avec des livres et des objets de confort (coussins, jouets avec lesquels on peut jouer ou qu’on peut serrer)”, explique Lerner.

L’idée est que l’enfant accepte volontairement de se calmer – sinon, cela devient une mesure punitive.

Pourtant, ça ne marche pas toujours.

“Tout cela est merveilleux quand ça marche. Parce qu’il peut arriver que l’enfant se lève du coin câlin et court partout frénétiquement, peut-être dans des conditions dangereuses, en jetant des objets dans la maison, en griffant, en frappant, en crachant – des choses que j’observe quotidiennement dans mes rencontres avec les familles”, dit Lerner.

“C’est là que les parents sont confus. Que faites-vous quand votre enfant devient tellement incontrôlable qu’il devient destructeur ? Il est temps de repenser. Parce qu’en fin de compte, nous n’avons aucun contrôle sur les enfants, nous ne faisons que contrôler la situation.”

Dans ce cas, une option limitative indiquée par Lerner consiste à garder l’enfant dans un endroit clos et sûr de la maison jusqu’à ce qu’il se calme, tout en assurant une présence calme du parent.

“J’ai réalisé qu’il était tellement dommageable de permettre à l’enfant d’être destructeur de cette manière pendant que le parent le supplie d’arrêter de frapper, de cracher ou de griffer – plus dommageable que de dire simplement ‘Je comprends, tu es très nerveux parce que nous n’allons pas à la cour de récréation, ton corps est hors de contrôle, tu as cet incroyable espace sûr où tu peux frapper, donner des coups de pied, et je serai de l’autre côté de la porte’. Et je propose aux parents de chanter ou de parler de l’autre côté pour montrer leur présence. (…) Mais aucun aspect n’est punitif. Pour moi, il s’agit de donner de l’amour et du soutien, du calme et de la régulation émotionnelle”, argumente Lerner.

Autre point important : ces stratégies doivent être convenues à l’avance avec les enfants, mais dans des moments de calme, et non de colère – lorsque le cerveau a une faible capacité à traiter ce type d’information.

“Si les parents n’ont pas de plan en tête, c’est là que les choses dérapent. Parce que sans plan, ils deviennent réactifs, et la réactivité est ce qui aggrave ces situations”, dit-elle.

Et les parents doivent également voir leurs besoins satisfaits dans tout ce processus, affirme Nanda Perim.

“‘De quoi ai-je besoin dans cette relation avec mon enfant ? Pourquoi est-ce que je crie autant ? Quels sont mes déclencheurs ? Quels sont les facteurs de stress dans ma vie qui me rendent si mauvais et qui me rendent plus explosif avec mon enfant?’ Si je comprends mieux mon enfant, et si je me comprends mieux moi-même, bien sûr la relation est beaucoup plus agréable. L’enfant se sent entendu, aimé, respecté, et réagit à cela”, poursuit-il.

Perim cite un autre chercheur sur le sujet, Mona Delahooke. “Elle dit qu’il n’est pas nécessaire d’être une mère parfaite pour avoir un enfant formidable. Cela signifie-t-il qu’ils sont meilleurs que les autres enfants ? Non. Mais quelqu’un qui a des compétences de vie, qui se connaît, qui sait comment gérer ses émotions, ses déclencheurs. Est-ce qu’il va être parfait ? Non. Mais il peut être une personne extraordinaire, qui cherche des relations saines, avec des compétences de vie que nous n’avions pas parce que nos parents n’avaient pas accès à ces informations.”

“Si elle répond ‘ah, aucun des deux’. Ensuite, nous trouverons des outils pour répondre à un besoin de communication. Mais nous devons comprendre que ce n’est pas l’enfant qui nous teste, ce n’est pas une lutte acharnée. Ainsi, nous cessons d’éduquer en nous basant sur la peur, sur “que va penser le dentiste pédiatrique de mon fils”, et nous commençons à éduquer en nous basant sur “attendez une minute : laissez-moi analyser ce qui pourrait être à l’origine de ce comportement”. Mais dans l’éducation démocratique, nous ne faisons que répondre aux besoins en fonction du développement de l’enfant.

9 thoughts on “Punition : “mettre au coin” est-il efficace pour éduquer les enfants ?

  1. We’re a bunch of volunteers and opening a brand
    new scheme in our community. Your web site provided
    us with valuable info to work on. You have performed a formidable activity and our whole group will likely be thankful to
    you.

  2. Its like you read my mind! You seem to know so much about this,
    like you wrote the book in it or something. I think
    that you could do with some pics to drive the message home a bit, but instead of that,
    this is wonderful blog. A fantastic read. I’ll definitely be back.

  3. Thanks for your personal marvelous posting!
    I definitely enjoyed reading it, you may be a great author.
    I will always bookmark your blog and will often come back in the future.
    I want to encourage you to ultimately continue your great posts, have a
    nice day!

  4. I truly love your site.. Pleasant colors & theme.
    Did you create this web site yourself? Please
    reply back as I’m attempting to create my own personal blog and would like to know where you got this from
    or just what the theme is called. Thanks!

  5. Write more, thats all I have to say. Literally, it seems as though you relied on the video
    to make your point. You definitely know what youre talking about, why waste your intelligence on just posting videos to your site when you could be giving us something informative to read?

  6. Pingback: ai nude

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *