Un massacre à bonne distance : une frappe de missiles de M142 “HIMARS” aurait tué plus de 200 soldats russes sur l’île de Dzharylhach, proche de la Crimée! La Russie en deuil

Ange Eric Hatangimana

Rémy RUGIRA

Un massacre à bonne distance : c’est ainsi que l’on pourrait sèchement qualifier la frappe de missiles de M142 “HIMARS” lancés par l’Ukraine sur la petite île de Dzharylhach, située entre le nord de la Crimée et le sud de l’oblast de Kherson.

Selon Newsweek ou CNN, qui se font l’écho de médias ukrainiens comme Euromaidan Press, et bien que le chiffre ne puisse être à ce stade vérifié, ce sont ainsi environ 200 soldats russes qui auraient perdu la vie en quelques instants, en même temps que quantité de leur matériel était effacé de la surface de la Terre.

Camp d’entraînement et missiles à longue portée

Le ministère ukrainien de la Défense a ainsi publié une vidéo, filmée à partir de drones, des attaques en question ; elle est visible sur CNN mais n’est à regarder que le moral bien accroché, tant les détails y sont crus et les morts nombreux.

Le 23 juillet, l’Institute for the Study of War, l’un des organismes aux analyses les plus suivies et respectées, avait noté l’installation sur la bande côtière de Dzharylhach, située sur la mer Noire et à 70 kilomètres environ de la ville de Kherson, d’importantes bases russes, dans lesquelles Moscou plaçait des troupes nécessitant des soins ou de l’entraînement.

Euromaidan Press explique que les renseignements fournis par un drone de reconnaissance ukrainien ont mené à cette attaque, posant une fois de plus la question de la faiblesse des défenses anti-aérienne russe.

“L’opérateur a découvert que les forces russes se sentaient en sécurité dans cette base distante, à plus de 85 kilomètres de la ligne de contact, de l’autre côté de la région de Kherson”, écrit ainsi le média ukrainien.

“Bien qu’une tranchée ait été creusée le long du rivage, personne ne s’attendait à un assaut amphibie dans cette zone, ce qui a poussé les forces Russes à accumuler des camions et de l’équipement à la vue de tous”, poursuit la publication. Qui explique ensuite que l’erreur fatale a été de regrouper les soldats aux petites heures du matin, les croyant à l’abri de toute attaque.

Une faute qui en rappelle une autre, en juin, lorsque des dizaines de militaires russes avaient de la même manière été tués par une frappe de HIMARS, alors qu’ils attendaient près de Kreminna un haut-gradé, en retard pour leur servir un discours.

En zones occupées, la résistance ukrainienne en action

Le Kyiv Post, qui s’est aussi fait écho de cette attaque dont la date exacte n’est pas encore connue, a précisé que les informations fournies par les forces de résistances ukrainiennes, du côté russe et occupé du champ de bataille, ont été utiles à la préparation de ce coup sur Dzharylhach, comme elles l’ont affirmé sur Facebook

L’importance dans ce conflit de ces troupes de l’ombre, actives dans l’intégralité des territoires occupés, ne peut être ignorée. Comme l’expliquait par exemple franceinfo en novembre 2022, la résistance ukrainienne mène très régulièrement des actes de sabotage de première importance contre des objectifs logistiques russes, ou fournissent des informations précises pour des frappes précises en profondeur, ce qui contribue à user le moral comme les capacités militaires des forces occupantes.

Plus récemment et ainsi que l’expliquait Newsweek, c’est dans la Crimée occupée que l’activité de ces résistants ukrainiens a gagné en ampleur, faisant dire aux services de renseignement de Kiev, le GUR, qu’une forme de second front était en train de s’ouvrir pour Moscou dans une péninsule désormais bien isolée.

Spécialiste de la chose post-soviétique, Jason Jay Smart, a expliqué au magazine américain que la Crimée “n’était pas un bastion de supporters pro-russes, comme Moscou aimerait le faire croire au monde”“La réalité est qu’il y a plein de types là-bas qui s’opposent à l’occupation russe, et qui commencent à réaliser que l’heure de la libération approche, donc qui souhaitent prendre leur part dans l’expulsion de la force militaire étrangère”, poursuit Smart. À Dzharylhach, ce fut plutôt expéditif.

Les armes utilisées dans la guerre en Ukraine

T-90
T-90 La Russie produit des tanks plus modernes comme le T-14, mais au vu du faible nombre de ces derniers sortis de l’usine, c’est le T-90 et ses prédécesseurs qui font le gros du travail en Ukraine.
Photo 1/20© Getty Images
Bayraktar TB2
Bayraktar TB2 Le Bayraktar est un drone de fabrication turque qui a été déployé par les forces ukrainiennes. Les frappes essentielles qu’il a mené au début de la guerre en ont fait une arme très bénéfique au moral ukrainien, avec une chanson écrite en son honneur.Photo 2/20© Getty Images
CAESAR
CAESAR La France a livré plusieurs de ses canons CAESAR à l’Ukraine, où ils ont prouvé leur efficacité ; certains ont été détruits sur le front après des mois de bons et loyaux services. Photo 3/20© Getty Images
Iskander
Iskander Les Iskander font partie des missiles les plus tirés contre l’Ukraine ; mais Kiev a su se montrer résilient contre les frappes russes.Photo 4/20© Getty Images
Javelin
Javelin Le Javelin est un lance-missile antichar qui a la particularité d’être portable : il a fait ses preuves depuis le début de l’invasion de l’Ukraine.Photo 5/20© Getty Images
Shahed 136
Shahed 136 Difficile d’obtenir une photo de Shahed en action en dehors des vidéos de propagande : ces drones, relativement petit et peu coûteux, ont été vendus en masse à Moscou par Téhéran, preuve du manque russe de moyens pour remporter le conflit. Photo 6/20© Getty Images
S-300
S-300 Les S-300 font partie des armes qui sont utilisés des deux côtés du conflit : ukrainiens comme russes accusent des pertes de ce matériel.Photo 7/20© Getty Images
Leopard II
Leopard II Les Leopard II sont des tanks allemands qui équippent de nombreuses autres forces armées : ce modèle fait partie de l’armée polonaise, qui a transféré certains de ses précieux chars à Kiev. Leur haut niveau technologique en font une arme redoutable par rapport à d’autres véhicules blindés.Photo 8/20© Getty Images
HIMARS
HIMARS Les HIMARS (High Mobility Artillery Rocket System) sont des lance roquettes multiples, dont la portée constitue un atout précieux pour Kiev : ils permettent d’effectuer des frappes en profondeur dans les territoires occupés.Photo 9/20© Getty Images
Mig-29
Mig-29 Les Mig-29 sont également un équipement important des forces russes : mais ces derniers, comme le reste de la flotte aérienne de Moscou, se font très discrets en Ukraine. TPhoto 10/20© Getty Images
Iskander
Iskander Les restes de dizaines de missiles à Kharkiv, dont des Iskander, mais aussi de Tornado, Grad, Calibre… La Russie a entamé ses stocks de missiles pour tenter d’affaiblir Kiev.⋙ Ce qu’il faut savoir de Sarmat, le nouveau missile balistique intercontinental russe Photo 11/20© Getty Images
Bayraktar TB2
Bayraktar TB2 Le Bayraktar a eu un succès immense en Ukraine, mais a aussi été déployé lors de la guerre du Haut-Karabagh, en Libye, Syrie…Photo 12/20© Getty Images
CAESAR
CAESAR Suite aux succès des canons CAESAR sur le front ukrainien, les commandes commencent à affluer pour Nexter.Photo 13/20© Ludovic MARIN / POOL / AFP
S-300
S-300 Ces manoeuvres de 2018 incluent un S-300 sur la droite. Les S-300 et S-400 sont réputés pour être de solides systèmes antiaériens, avec une portée d’environ 300 kilomètres. Photo 14/20© Andrey Rudakov/Bloomberg via Getty Images
T-90
T-90 Les T-90 ont été en action en Tchétchénie, Bosnie, Algérie, Syrie, en Arménie et en Ukraine, que ce soit dans des cas de conflit, de prise d’otage ou de pacification d’une zone.Photo 15/20© Getty Images
Javelin
Javelin Les succès du Javelin des forces ukrainiennes en ont fait une sorte d’icône populaire auprès de la population.Photo 16/20© Getty Images
Leopard II
Leopard II Le Leopard II a fait l’objet d’une intense controverse suite au refus allemand de le fournir à Kiev ; après des semaines de bataille diplomatique acharnée, Berlin a finalement cédé et quelques dizaines des fameux chars sont intégrés aux forces ukrainiennes.Photo 17/20© Getty Images
Mig-29
Mig-29 Les Mig-29, des avions soviétiques, constituent le fer de lance des forces aériennes ukrainiennes. Des mig-29 célèbrent ici les 30 ans de l’indépendance du pays, en août 2021, quelques mois avant l’agression russe.Photo 18/20© Getty Images
Shahed 136
Shahed 136 Vous pouvez ici voir ce qu’il reste d’un Shahed 136, mais également d’un Zala Lancet, de fabrication russe : Moscou comme Kiev utilisent de nombreux drones, peu coûteux, efficaces pour leur prix et sans risque de perte humaine dans leur propre camp.Photo 19/20© Photo by Vladimir Shtanko / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
HIMARS
HIMARS Les HIMARS ont permis à l’Ukraine de détruire de nombreux dépots de munition russes ou de viser des emplacements où parfois plus d’une centaine de soldats étaient rassemblés : une carte maîtresse des forces armées ukrainiennes, qui expliquent certains de leurs succès.⋙ La Pologne a reçu ses premiers lance-roquettes à déployer à la frontière russe Photo 20/20© Getty Images

source: Recit de www.geo.fr

Lisez aussi: L’Ukraine s’est vengé: commandant sous-marin russe Stanislas RZHITSKY tué en pleine rue en Russie

26 thoughts on “Un massacre à bonne distance : une frappe de missiles de M142 “HIMARS” aurait tué plus de 200 soldats russes sur l’île de Dzharylhach, proche de la Crimée! La Russie en deuil

  1. Hi, tidy web page you possess presently. [url=http://www.tamlashopping.com/bbs/board.php?bo_table=free&wr_id=604&sst=wr_hit&sod=asc&sop=and&page=307]indicación de venta de amarel 2 mg en México[/url]

  2. Real money casino apps are legal in a select number of states throughout the country, allowing users to play casino games from the convenience of an online platform. As the legal online casino and online sports betting industries continue to boom throughout the US, users can expect to see more and more states allow for legal online gaming on mobile casino apps. Experienced bettors know they can receive additional casino bonus rewards just for playing on a smartphone or tablet, or using a specific payment method. Real money casinos are keen to test their new apps or mobile features on their customers, which means these lucky bettors can receive extra bonus cash for their gameplay. Slots are a mobile casino bettor’s bread and butter. Slots will generally give you the highest percentages towards clearing welcome offers, so they’re a good place to start when you’re working with a new mobile casino account. Game libraries for slots generally reach into the hundreds, making them the most plentiful option with any iCasino. No matter the theme or structure you want, you’re likely to find it on a mobile casino. What’s more, there’s a specific type of mobile slot called a progressive or jackpot slot: here’s where your chances at the biggest payouts lie.
    https://www.macyayinlari306.com/review/tumbet/
    If you enjoy slots from WMS, IGT, Aristocrat and others, then you’ll now find many of them at online casinos. In a future regulated online casino market in Colorado, you can expect these to be listed among titles created especially for online use. Slots work well on casino apps, fitting perfectly onto your smartphone screen when you flip into landscape view. There are slots with progressive jackpots, interactive bonus games and games themed on big movie and TV franchises online. We suggest you check out Luckyland Slots’ sister casino or the sites like Fortune Coins, and High 5 Casino as they offer games like Chumba. BetOnline is a traditional online casino known for its Sportsbook, but it also provides thrilling casino slot games, live dealer games, and video poker. You can play slot machine games and many other games at this online casino.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *